conscience

             Cet article constitue une suite logique à l’article précédent qui évoquait l’importance de bien faire évoluer notre conscience dans le but d’en faire un présent au futur. Je vous expose ici 5 clés qui devraient vous permettre d’accéder progressivement à l’éveil de votre conscience.

Conscience

Ce sont des éléments que je mets en pratique au quotidien du mieux que je peux et grâce auxquels j’ai pu observer des résultats rapides mais également durables. Aujourd’hui, je n’ai plus besoin de « penser » à me mettre en conscience, c’est devenu automatique.


Se réconcilier avec son Histoire

              Selon moi, la première chose à faire, c’est accepter et vous détacher de vos blessures du passé et de vos traumatismes. Il existe aujourd’hui un nombre faramineux de pratiques vous permettant de vous délester de votre fardeau. Il est même étonnant de constater que parfois, il suffit d’un rien pour sortir la tête de l’eau : une phrase dans un livre, une rencontre, un séminaire, une conférence, etc.

              Notre cerveau fonctionne de manière à conserver plus durablement les souvenirs négatifs que positifs pour la simple et bonne raison que pendant les années d’évolution qui s’échelonnent depuis l’apparition des premiers hominoïdes, notre espèce a dû se protéger et se défendre contre les dangers auxquels il pouvait être confronté. Le cerveau se devait d’enregistrer ces difficultés pour ne pas retomber dans le même piège la fois d’après. Vous admettrez qu’il est peu probable que vous ayez à vous défendre face à un lion ou un ours dans les prochains jours…

 

              neuroplasticiteGrâce au principe de la Neuroplasticité, on sait aujourd’hui qu’il est possible de transformer nos circuits neuronaux afin de se concentrer uniquement sur ce qui est important pour vous, et ce de manière consciente! C’est génial ! Plus vous passez de temps à penser à ce qui génère chez vous de la gratitude et de la joie dans l’histoire de vos vies, plus elle vous paraîtra lumineuse et plus vous intégrerez la capacité d’exprimer ces états de bien-être dans tous les domaines de votre vie et même face à des choses qui aujourd’hui peuvent vous paraître atroces ou insignifiantes.
Je parle ici de gratitude, mais il va de soi que c’est valable pour tous les aspects positifs de vos existences. Et plus vous vous concentrez dessus, plus vous vous déchargez de ce qui vous fait du mal, de ce qui vous blesse, plus vous aurez la capacité d’éviter de sombrer,  déprimer, être triste, etc. puisque vous aurez fait de la place pour vous nourrir de choses bien plus inspirantes. Donc, délestez-vous de ce qui vous tire vers le bas et de ce qui n’est plus.

 

Tout est parfait!

              trou-noirJe fais partie de ceux qui considèrent que nous sommes régis par quelque chose de beaucoup plus grand, par quelque chose qui nous dépasse. Aussi, je pense pense que tout est parfait. Ces mots vibrent au plus profond de mon être car ils donnent un sens à tout ce que je suis amenée à vivre. Parce que, par cette croyance, je remets mon destin entre les mains de l’Univers, de la Vie, de Dieu, ou quelque soit le nom que vous Lui donnez, en acceptant la sagesse et la bienveillance avec lesquelles Il me guide sur  mon chemin de vie.
Je considère aujourd’hui que mes problèmes sont toujours des cadeaux. Chacune de mes difficultés, chacune de mes souffrances sont, en réalité, un cadeau. Que toutes ces épreuves ne me sont pas arrivées à moi, mais pour moi. Absolument tout dans ma vie est généré par cette extraordinaire et parfaite complexité dont nous sommes issus et à partir de laquelle nous sommes façonnés. Ainsi, même dans les moments les plus noirs, quand je pense que tout est perdu, qu’il n’y a plus aucune échappatoire, je sais que la consécration est proche!

J’utilise le pronom « je », car mon but n’est pas de vous « convertir » ou de vous imposer quoi que ce soit. Mais c’est cette pensée qui m’a permis de sortir grandie d’années de maltraitance. Je tenais sincèrement à vous la communiquer.

 

Se détacher du matériel

              PissenlitUne troisième chose que vous pourriez faire évoluer, c’est votre capacité de détachement sur le plan matériel. Sachez être heureux et reconnaissants de ce que vous possédez déjà. Ce n’est pas le fait de remplir vos placards qui vous permettra de remplir vos vies. Je ne dis pas de faire vœu de pauvreté, bien sûr, ni de tout mettre à la casse, mais simplement de prendre le temps de vous recentrer sur vos vraies valeurs, ce qui vous porte, ce qui est important pour vous, ce qui vous nourrit intérieurement.
Laissez ce que vous possédez sur le plan matériel à sa juste place. N’en faites ni une addiction, ni un ennemi. Vous avez évidemment le droit de vous poser devant un film, mais prenez garde à ne pas passer votre vie devant, par exemple. Vous pouvez utiliser les réseaux sociaux, mais n’oubliez pas votre vie sociale, etc. donnez de votre temps et de votre énergie à votre vie, à vos relations, plutôt qu’à votre télé et votre canapé…

Petit exercice pour les accros du shopping : la prochaine fois que vous ressentez cette envie irrésistible, compulsive, jouissive d’acheter quelque chose, prenez le temps de vous connecter à vous-même afin de comprendre quel(s) besoin(s) cet achat va satisfaire (reconnaissance, sécurité, affection, solitude, etc.) et demandez-vous de quelle autre manière vous pourriez assouvir, subvenir à ce(s) besoin(s). Vous ressortirez du magasin bien plus riche que vous ne l’étiez en entrant (cadeau bonus, vous aurez fait des économies!).

 

Faire le tri dans ses relations

              PartirVous pouvez également œuvrer sur votre capacité de détachement sur le plan relationnel. Essayez de garder à l’esprit que la différence est là pour vous faire grandir. Elle est accompagnée de joies ou de douleurs, mais chaque relation quelle qu’elle soit existe pour vous apporter quelque chose. Acceptez de voir entrer et sortir des personnes de votre vie. Les personnes qui doivent rester resteront, celles qui doivent partir partiront, celles qui doivent revenir reviendront…
Chaque personne qui vous blesse, vous apprend quelque chose. Elles sont plus à considérer comme des maîtres que comme des ennemies. Je ne vous recommande évidemment pas d’être en accord avec ce qui vous a été fait, simplement de l’accepter et d’en faire quelque chose pour devenir encore meilleur. Cela peut être évident lorsqu’il s’agit d’une personne que vous n’appréciez pas vraiment. Mais sachez aussi faire sortir de votre vie les personnes qui vous tirent vers le bas, même si vous les aimez. Cet acte sera bénéfique non seulement pour vous mais également pour la personne dont vous vous éloignez: Aimer, c’est aussi savoir laisser partir… dites-vous que si ces personnes sont réellement indispensables à votre évolution et votre bien-être, elles reprendront un jour une place dans votre vie.

 

Méditation et pleine conscience

              image-mediter-ext-2Enfin, je vous propose de vous essayer à la méditation. Il existe beaucoup de manière de la pratiquer, à vous de trouver la vôtre. Vous pouvez par exemple prendre un quart d’heure pour vous, par jour, pour simplement vous poser et entrer en connexion avec vous-même et votre environnement. Commencez par entrer en contact avec votre respiration, puis avec votre corps. Ressentez chaque chose qui s’exprime sans la juger, ouvrez-vous et accueillez-la simplement. Une fois la conscience acquise de votre état d’être à cet instant, ouvrez votre conscience à votre environnement extérieur. Quels sons percevez-vous ? Quelle sensation ressentez-vous ? Quelle odeur vous parvient ? Etc.


Vous pouvez également méditer lorsque vous travaillez, que vous mangez ou que vous marchez par exemple. Là, le but est de vous débarrasser de vos pensées parasites pour vous concentrer uniquement sur ce que vous êtes en train de faire. Observez vos mouvements, la manière dont ils sont amenés. Prenez le temps de regarder, de goûter, savourerressentir… en clair, prenez du plaisir à faire ce que vous faites. Prenez en compte ce que vous êtes pendant ce que vous faites car ce que recherche votre âme, est bel et bien un état d’être et non un état de faire.

 

              En mettant régulièrement en pratique les clefs que je vous ai exposées, vous élargirez progressivement votre capacité de perception et votre état de conscience. Ainsi lorsque vous arriverez à la fin de votre vie, vous pourrez rendre l’âme au mieux de sa forme, plus riche, plus pure, plus évoluée que lorsqu’elle vous a été offerte.

 

Consciemment vôtre,

© 2016 - 2017, Marie Peyron. Tous droits réservés.

Posted in Articles, Ecrits and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , .

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "L’Homme et la Conscience [Part. 2]"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
CAGNIART
Invité

Très bel éclairage pour atteindre « l’illumination » . Je suis certain qu’en appliquant ces 5 clés le monde serait totalement différent. Bravo

wpDiscuz