« Jugez-moi, je vous dirais qui vous êtes… »

Phoenix-Wright-Dual-Destinies-Objection-Art

               Avez-vous déjà remarqué qu’il vous arrive, dans votre for intérieur, de juger les gens qui vous entourent ? Quel que soit le lien que vous partagez avec eux, qu’ils vous soient proches ou bien totalement inconnus, une petite voix dans votre tête exprime tout bas ce que vous n’osez pas dire tout haut. Par exemple, un ami vous parle avec enthousiasme du tatouage qu’il vient de se faire faire, vous vous dites « Il dit sans arrêt qu’il n’a pas un sou en poche, mais il trouve le moyen de se faire tatouer. Il est complètement irresponsable et se moque de moi ! »  autre exemple votre conjoint(e) pose son assiette sale juste au-dessus du lave-vaisselle avant de s’installer sur le canapé ou de sortir avec ses potes et là, vous ne pouvez vous empêcher de penser « c’est toujours moi qui fais tout dans cette maison, il va me rendre dingue ! », en voici d’autres« Mon collègue a été promu, c’est normal c’est un lèche botte » ou « encore un selfie de X ou Y, quelle narcissique celle-là ! »… J’imagine que cela ne vous évoque absolument rien… Ce ne sont que quelques exemples, mais vos interactions de la journée sont parsemées de ces petites pensées négatives et malveillantes. Vous vous doutez bien ces paroles ne sont pas anodines. Elles ont non seulement un impact sur vous, à travers les vibrations que vous émettez et donc que votre interlocuteur reçoit de vous (mais ça, c’est un autre domaine), mais en plus elles en disent plus long sur vous que vous ne le pensez !

 

Ces interactions sont là afin que vous puissiez grandir et en apprendre plus sur vous-mêmes

Femme-supportant-la-douleur-1024x640

               Les jugements que vous émettez sur les autres sont en fait des réactions émotionnelles directement en lien avec votre perception de la réalité. Vos indicateurs sont stimulés par des mots ou des actes qui entrent en réaction, en vibration avec vos expériences de référence. Vous ne pouvez en effet réagir qu’à des choses que vous connaissez. De ce fait, les jugements que vous émettez à l’égard de vos interlocuteurs sont directement en lien avec l’image que vous avez de vous-même de manière consciente ou inconsciente.
Prenons un exemple, imaginons que dans votre enfance vous ayez été soumis à la blessure dite de l’humiliation. Votre réaction interne face à cette blessure génère en vous le sentiment d’être inconvenant, impur, sans cœur et/ou d’avoir moins de valeur et d’intérêt que les autres. Vous vous sentez coupable, impuissant et développez un fort dégoût de votre personne. Eh bien il est fort probable que, d’une manière ou d’une autre, vous connaissiez cette part de votre personnalité. Cependant, peut-être n’a-t-elle pas encore été reconnue ou que vous avez nié le fait qu’elle puisse être un problème.
Heureusement pour vous, votre subconscient, lui, ne rejette rien de ce qui est important pour vous, même si cela peut être douloureux. Il est donc conscient, si j’ose dire, de ce mal qui réside encore au fond de votre être. C’est pourquoi il tente de travailler avec vous sur cet aspect de votre personnalité afin que vous puissiez grandir et vous libérer des freins que cette blessure peut engendrer. Le seul but de votre subconscient est votre bien-être et votre bonheur. Il va donc subtilement vous amener à vivre des situations, ou des interactions qui vont réactiver les ressentis fossiles de ce sentiment d’humiliation pour vous permettre de réagir et de prendre conscience de ce qui peut être amélioré et vous mener à une existence plus sereine et plus saine. En d’autres termes, ces personnes qui vous « gonflent » sont des enseignants envoyés par l’univers, l’adversité, peu importe le nom que vous lui donnez, pour vous faire évoluer.

 

 Un passage obligé : l’acceptation…

balance

               Juger est, finalement, un moyen d’esquiver ce que vous ressentez et démontre en fait que vous ne vous accordez pas l’estime que vous méritez. Si vous ne travaillez pas cela, vous ne pourrez jamais accéder à l’harmonie ou à la paix tant avec vous, qu’avec le monde qui vous entoure. Tant que vous trouverez quelque chose à redire sur les comportements qui interviennent dans vos relations de manière répétitive, vous continuerez de vous considérer comme étant moins que parfait.

Pour parvenir à une estime légitime et naturelle de votre personne, vous devez donc apprendre à vous aimer pour ce que vous êtes, ce que vous faites, mais aussi pour vos zones d’ombre, vos faiblesses, vos erreurs, vos défauts (qui, entre nous, peuvent être considérés comme des qualités par d’autres), etc. Pour aller un peu plus loin, il est évident que si vous ne vous aimez pas à votre juste valeur, vous ne pourrez pas non plus aimer pleinement et librement les personnes qui croiseront votre route, quelque soit le temps que vous passerez à voyager ensemble.

Ne vous fiez pas à ce conditionnement imbécile qui dit que s’aimer est égoïste, narcissique, nombriliste, prétentieux ou que sais-je encore. Vous aimez ne fera qu’embellir et illuminer votre quotidien, et par extension celui de votre entourage.

 

Un peu de nourriture pour l’estime de soi

Amour de soi               Afin de vous y aider, je vous propose un exercice très simple : mettre en place un rituel. Tous les matins, lorsque vous regardez votre reflet dans le miroir, trouvez trois choses que vous aimez chez vous. Exprimez-les à haute voix (très important). Puis, finissez par vous dire que vous vous aimez. Chaque jour, trouvez de nouveaux aspects sur lesquels vous complimenter.
Pratiquez ce rituel pendant au moins 21 jours consécutifs, car c’est le temps nécessaire au corps et au cerveau pour intégrer un nouveau comportement.
Pour certains d’entre vous, ce ne sera pas évident au début, mais je peux vous assurer qu’en pratiquant cet exercice de manière quotidienne sur un laps de temps suffisamment long, votre état d’esprit et votre estime de vous-même changeront radicalement ! Votre vie suivra…

 

 

 

© 2016 - 2017, Marie Peyron. Tous droits réservés.

Posted in Articles, Ecrits and tagged , , , , , , , , .

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "« Jugez-moi, je vous dirais qui vous êtes… »"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
CAGNIART
Invité

Belle analyse et avec en plus une solution pour sortir de nos schémas négatifs, Merci!

wpDiscuz