Salut la compagnie ! J’espère que vous êtes en forme !

 

C’est depuis les marches du Tribunal de Grande Instance de Melun (77), sur lesquelles je me suis posée que je vous écris. Qu’est-ce que je fais là ? me direz-vous ! Eh bien figurez vous qu’aujourd’hui, vendredi 13, a lieu ma confrontation avec la personne qui a volé mon enfance par des procédés extrêmement violents et dégueulasses, contre laquelle j’ai porté plainte il y a plus de 2 ans maintenant (on est même plus proche des 3 ans, m’enfin…). Je suis légèrement en avance et pour tuer le temps, je rédige ce petit billet en espérant qu’il fera du bien à certain(e)s d’entre vous.

Quant à moi, cela va me permettre de poser sur le papier l’état d’esprit dans lequel je me trouve et d’en garder une trace, car je dois admettre que ça me fait délirer de constater à quel point je suis calme, détendue et à quel point j’ai la patate ! Car je peux vous assurer, qu’au début de la procédure, lorsqu’il m’a été dit que je devais m’attendre à vivre cette situation à un moment ou à un autre, ben je ne faisais pas la fière… C’était tout simplement inconcevable ! En imaginant la scène, je me liquéfiais, perdais 10 kg en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, mon estomac et ma gorge se nouaient et je devenais toute blanche. Je ne pensais pas arriver saine et sauve jusqu’à ce jour. Bref, c’était pas la joie !…

 

Et pourtant ! Pourtant… vendredi 13 ou pas, je sais, oui, j’ai l’intime certitude que ça va aller comme sur des roulettes !

 

Comment est-ce possible ? Tout simplement parce que le résultat que j’espérais vivre à l’issue de cette procédure, je l’ai déjà obtenu ! Grâce à 2 ans et demi de travail personnel, de rencontres, d’intégration de processus qui m’ont permis d’évoluer et de devenir la personne que je suis, et de bataille acharnées! Ce que j’attendais de cette procédure, c’était une certaine libération déjà, mais aussi et surtout une reconnaissance de ce que j’avais vécu par la justice d’une part, mais également de la personne qui m’a fait tant de mal. Mais finalement, aujourd’hui, je m’en contre-fous ! Car la seule véritable reconnaissance dont j’avais besoin, était la mienne.

Le jour où j’ai accepté qu’effectivement j’avais été victime de quelque chose d’atroce, mais que ça ne me définissait pas et que j’avais le droit de choisir qui je voulais être à travers cette expérience mon regard sur ma vie, et cette dernière aussi par la même occasion, ont complètement changés. J’ai accepté que toute cette douloureuse expérience fait partie de ma vie et donc de moi. Cette acceptation et ce recul que j’ai eu sur les choses m’ont offert l’opportunité de jouer les alchimistes et de transformer ma vie de plomb en or! Ainsi, tout ce qui se passait autour de moi sur les plans juridique et relationnel, n’avait plus ni importance, ni influence sur moi.

 

J’ai eu énormément de chance dans cette procédure car je me suis retrouvée toute seule. C’est-à-dire que toutes les personnes en lesquelles je pensais pouvoir avoir confiance, sur lesquelles je pensais pouvoir m’appuyer pour traverser cette épreuve, m’ont littéralement tourné le dos : j’ai été traînée dans la boue, humiliée, dénigrée, démolie… Je me suis donc retrouvée toute seule face à tout ça et donc face à moi ! J’ai donc compris à ce moment-là que j’étais ma seule alliée, qu’il n’y avait qu’une personne en laquelle je devais avoir confiance et que cette personne, c’est moi. J’ai donc commencé à me bâtir une nouvelle vie, une nouvelle identité, une nouvelle image à travers cette pensée-là. C’est absolument extraordinaire parce que du coup, j’ai pris le parti de faire face à tout ce qui me faisait peur en termes de personnalité et de vécu. Une fois que tout ça était posé, je me suis sentie tellement libre et tellement bien que, finalement, la justice n’avait plus sa place dans tout ça. Cette solitude que m’a offerte la justice par le cadre qu’elle a imposé m’a donné l’opportunité de faire face à mes démons, à ce que je ne voulais pas regarder et à ce qui faisait que je me victimisais. Maintenant que tout est libéré, délivré, que tout est à plat ben p*tain c’qu’on est bien ! C’est un truc de dingue !

 

Voilà pourquoi peu importe ce qui va se dérouler lors de la très prochaine confrontation, peu importe le résultat final, cela n’a plus aucune importance pour moi ! 

J’ai fini par comprendre que ma place sur cette terre a autant de valeur et de légitimité que celle de n’importe qui d’autre, que j’avais autant le droit que n’importe qui d’autre de vivre bien malgré, ou plutôt, grâce à ce que j’ai vécu.

 

C’est difficile de porter plainte. Je suis convaincue que la justice n’est pas la seule voie vers la guérison.

Le véritable travail à faire lorsque l’on est victime, c’est de se reconnaître soi-même en tant que victime, reconnaître les actes qui ont été posés à notre encontre pour nous faire du mal, nous blesser ou pire encore et de prendre ses responsabilités tout en laissant les leurs à ceux qui nous ont malmenés, en admettant qu’on a vécu des choses qui n’étaient pas normales et dont nous ne sommes pas coupables.

 

Finalement, il n’y a ni bon ni mauvais chemin. Il n’y a que celui qu’on décide de prendre et ce qu’on choisit d’y vivre. Nous avons tous en nous la force, les capacités et les compétences de prendre nos vies en main et de nous en sortir. Ayons le courage de nous regarder en face, de reconnaître ce qu’il y a à reconnaître et de faire de nos faiblesses une force divine !

 

La seule véritable revanche que l’on peut opposer à ces terroristes du sentiment, c’est d’être heureuses. De vivre bien, intensément et passionnément la vie qui nous est offerte. Laissons une chance à cette force que nous possédons de s’exprimer, de briller et de transformer positivement nos vies.

 

J’ai eu la chance incroyable de rencontrer des personnes qui m’ont… je ne trouve pas de mot pour exprimer ce qu’elles ont fait pour moi. Si ce billet est lu par des personnes que j’ai rencontrées  depuis l’hiver 2014, sachez que j’ai une immense gratitude pour la place, quelle qu’elle soit, que vous avez pris dans ma vie. Quelques secondes, quelques minutes, quelques heures, quelques mois… quelle que soit la durée de notre interaction, chacune de nos rencontres a considérablement enrichit ce parcours et m’a permis d’avancer sereinement, solidement et fièrement vers cet objectif de mener à bien cette procédure que j’ai plusieurs fois songé à arrêter pour être honnête, mais j’ai tenu bon car j‘étais finalement bien entourée, j’ai eu la chance de trouver les bonnes personnes pour traverser tout ça. Je souhaite à chacun d’entre vous d’être entouré comme je l’ai été.

 

Je vous souhaite à tous beaucoup de courage et d’aller de l’avant. La vie est merveilleusement belle ! Je vous le promets ! Elle regorge de surprises positives plus fortes,plus belles et plus grandes encore que la douleur que vous avez subie. En ouvrant votre cœur et votre esprit à ce qu’elle peut vos offrir, je peux vous assurer que votre existence sera juste magique !

Courageusement vôtre,

© 2017, Marie Peyron. Tous droits réservés.

Posted in Articles, Ecrits and tagged , , , , , , , , , .

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz